La Slow Life : on adopte !

Publié le 9 janvier 2020

En 1980 a débuté la Slow Food pour renouer avec le plaisir de cuisiner et de déguster et pour contrecarrer le concept fast-food. Ensuite est venu en 2000 le Slow Parenting pour ralentir le rythme imposé à nos enfants dans le milieu scolaire. Ont suivi le Slow businness, le Slow tourisme et encore le Slow sex.

La Slow life c’est tout çà et c’est donc avant tout : ralentir ! La Slow life c’est mener sa vie à un rythme doux. On choisit des lieux qui sentent bon la nature, on s’émerveille sur le chant des oiseaux ou des cigales, on se nourrit sainement et bio. La Slow life c’est refuser les élevages en batterie, la musique tonitruante, les gens qui courent dans tous les sens, les insultes, les embouteillages, la pollution, l’irrespect et les publicités envahissantes. La Slow life c’est abandonner nos mauvaises habitudes : on met la pédale douce sur nos écrans, nos téléphones, on arrête de manger sur le pouce ou les grignotages, on prend le temps de vivre !

La Slow life côté Food

Le secret c’est ici de bien manger et de manger sainement. On fait une jolie table, on privilégie les légumes et les fruits de saison, on consomme des aliments provenant de petits producteurs locaux et on prend le temps d’apprécier les plaisirs de la table.

La Slow life côté Parenting

Le slow parenting invite à prendre le temps d’être parents et de privilégier la relation parents-enfants. On devient plus disponible pour ses enfants, on introduit des activités familiales plus créatives et en lien avec la nature, on accepte télé, téléphone et écrans mais avec parcimonie. Ralentir en famille favorise l’autonomie et permet de véhiculer une philosophie de vie empreinte de lenteur, de respect et d’amour des autres et de la nature.

La Slow life côté business :

On ne demande pas ici de moins travailler, mais de prendre du recul sur son travail. On prend des moments pour décélérer et pour se ménager des temps de créativité et on accélère le moment venu pour se dépasser. Il faut donc retrouver un rapport plus sain au temps qu’il soit personnel ou professionnel.

La Slow life côté tourisme :

La Slow life côté tourisme ou Slow tourisme apporte une dimension  plus humaniste à un voyage, en valorisant son intérêt pour l’environnement et à ses habitants. On recherche à vivre pleinement son voyage, sans horaire précis, ni limite de temps, on flâne, on déniche des lieux hors des sentiers battus, on laisse la place à l’imprévu et aux opportunités qui s’ouvrent à nous.

La Slow life côté sex :

C’est ralentir nos ébats amoureux pour  un plaisir nouveau et plus intense. Pour des soirées sensuelles et câlines, essayez l’art de prendre votre  temps pour laisser monter le désir. Ralentir permet de découvrir de nouvelles sensations  et en explorant chaque millimètre du corps de notre partenaire  on reste davantage dans le présent. On quitte la mécanique de la performance pour aller à celle de la qualité.

La Slow life attitude :

Adopter la Slow Life attitude, c’est profiter de l’instant présent, c’est flirter avec l’art de ne rien faire. On se prend à rêver en mode cocooning, on se prélasse au soleil, on regarde un beau feu de cheminée, on lit, on dessine, on crée… La Slow Life attitude c’est retisser du lien avec nos proches, c’est les écouter, c’est les prendre dans nos bras, c’est papoter entre amis. La Slow life c’est rendre son habitation plus douillette, on pose ici et là des tapis et des coussins moelleux, on fait chanter nos murs de couleurs pastel, on  change nos linges de maison par des textures molletonnées au toucher velouté. Les matières et les teintes se transforment pour nous faire vivre  dans une véritable bulle de confort.

Comment adopter la Slow life ?

Vous n’y arriverez pas du jour au lendemain, surtout qu’il vous faut oublier le mythe de la Working Girl. On vous a toujours demandé d’aller plus vite, plus loin, plus fort. Aujourd’hui on vous demande par la Slow life de privilégier la qualité à la quantité. Et n’ayez pas mauvaise conscience ! La Slow life c’est donner de l’amour, c’est en recevoir, c’est profiter de la vie et laisser place à la sérénité. Alors on adopte la slow life ?