Recherchez un praticien spécialisé "Ronflement"

Affinez votre recherche

La médecine douce est là pour améliorer vos ronflements bénins

L’acupuncture :

En exerçant une pression sur des points de votre corps, l’acupuncture permet de résoudre certains problèmes comme le ronflement. L’acupuncture peut aussi réduire les réactions allergiques en cause dans certains cas de ronflements, en cas de congestion nasale ou encore en cas de sinusite chronique.

L’ostéopathie :

Dans la majorité des cas, c’est l’ostéopathie crânienne qu’utilise le praticien. Elle permet de libérer le crâne du patient de l’ensemble des restrictions dont il souffre. Cette pratique sera la plus efficace, les troubles du sommeil étant la plupart du temps directement liés à un trouble neurologique.

La réflexothérapie vertébrale et périphérique :

Les ronflements sont très souvent associés à une langue congestive. Un protocole de soin très efficace est mis en place et dans 80 % des cas, une à trois séances suffisent. Dès la première séance, la plupart des patients disent se réveiller en bonne forme comme si leur sommeil était enfin récupérateur.

L’homéopathie :

Le traitement homéopathique dépend des symptômes, des causes du ronflement et des caractéristiques du ronfleur. On utilise le plus souvent Nux Vomica, Belladonna, Ephedra vulgaris, Hydrastis canadensis, Kali bichromicum, Teucrium marum et Hystaminum hydrochloricum. Il existe également un mélange homéopathique triple action contre le ronflement : le SnoreStop. N’hésitez pas à consulter un homéopathe pour obtenir le traitement le plus approprié à votre cas.

Phytothérapie et Aromathérapie :

Dans le cas du ronflement, les plantes peuvent surtout être utiles pour décongestionner le nez bouché, faciliter la respiration, lubrifier les voies respiratoires pour empêcher les vibrations.

Pourquoi ronfle-t-on?

Au cours du sommeil, lorsque les voies respiratoires sont dégagées, la respiration et l’échange gazeux s’effectuent normalement. Si la langue obstrue à ce moment-là le passage de l’air, l’effort supplémentaire requis pour respirer cause le ronflement. Plus le ronflement est fort, plus on a des chances de souffrir d’une apnée. Un ronflement d’intensité moyen génère un son équivalant au bruit de la voix. Si le ronflement est important il génèrera une intensité équivalant au passage d’un camion !

Le ronflement peut et doit être traité. Le traitement du ronflement dépend de sa cause, de sa gravité, des complications qui lui sont associées. Pour soigner le ronflement et plus particulièrement l’apnée du sommeil, il n’existe pas à ce jour de traitement médicamenteux, mais des traitements mécaniques. Dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale sera nécessaire.

Ce qu’il faut savoir sur les ronflements :

  • L’alcool favorise les ronflements. Il provoque un relâchement musculaire des voies respiratoires, l’inspiration va alors être plus difficile et entraîner des ronflements. Même si la personne en question ne ronfle jamais, l’alcool provoquera des troubles respiratoires.
  • La prise de tranquillisants et médicaments peut relaxer la musculature de la gorge et donc provoquer des ronflements.
  • L’embonpoint peut contribuer à rétrécir les voies respiratoires dans la gorge. Les tissus de la gorge sont moins fermes et plus épais ce qui les rend plus susceptibles à vibrer au passage de l’air et causer des ronflements.
  • Particularités anatomiques : largeur et position des mâchoires, de la langue, des amygdales et végétations, du palais mou, de la luette, des voies nasales peuvent influencer l’espace disponible dans la gorge pour une respiration sans ronflement.
  • Tabac : la fumées est irritante pour l’arrière de la gorge et peut provoquer une inflammation qui rétrécie les voies aériennes.
  • La grossesse et la ménopause peuvent créer des ronflements plus importants. Cela s’explique principalement et évidemment par la prise de poids.
  • Avec l’âge la gorge se rétrécit et le tonus musculaire diminue.
  • Vous souffrez de pathologies dans les voies nasales (polypes).
  • Position pour dormir : dormir sur le dos favorise l’affaissement de la langue vers l’arrière et réduit ainsi le passage de l’air.