Douleurs intimes chez les femmes : les causes les plus fréquentes

Publié le 3 avril 2020

Douleurs pendant les règles, pendant un rapport sexuel, en allant aux toilettes… Les douleurs intimes chez les femmes arrivent bien évidemment toujours au mauvais moment et nous prennent la tête.

Causes les plus fréquentes des douleurs intimes chez les femmes

Plus d’une femme sur deux souffrent de vaginites au moins une fois dans leur vie. La vaginite est une inflammation du vagin qui peut entraîner des démangeaisons, une sensation de brûlure, des douleurs en urinant ou pendant les rapports, une sécheresse vaginale, des rougeurs et des pertes vaginales inhabituelles… Une vaginite peut être associée à une infection de la vulve (vulvite).

Évitez les serviettes hygiéniques parfumées, les huiles, savons et parfums, les douches vaginales, les sous-vêtements synthétiques ou trop serrés. Et bien sûr s’essuyer toujours de l’avant vers l’arrière après être allée à la selle.

Les vaginites dues à une mycose vaginale :

Cette vaginite est due à un déséquilibre de la flore vaginale et provoque d’importantes démangeaisons et parfois un gonflement. La cause la plus fréquente des vaginites vulvo-vaginales est la mycose génitale à Candida Albicans qui elle-même peut survenir après une prise d’antibiotiques, une irritation locale, au cours d’un rapport sexuel, la période prémenstruelle ou encore le stress. Les pertes vaginales à levures ou champignons sont plutôt  blanches et épaisses et entrainent des douleurs lors des rapports sexuels et de la miction. Les traitements se présentent sous forme de comprimés, de crèmes, d’ovules, des antifongiques tous en vente libre. La vaginite due à une mycose vaginalese transmet rarement à l’homme. Faire une cure de probiotiques pour réensemencer la flore en lactobacilles est utile et nécessaire.

Les vaginites d’origine bactériennes :

Elles doivent faire l’objet d’une consultation médicale. Elles se caractérisent par des pertes abondantes, fluides, gris/verdâtres et malodorantes. Elles se soignent par prise d’antibiotiques  topiques et selon la bactérie le partenaire sexuel doit être aussi traité. Le plus souvent bénignes, elles peuvent s’avérer dangereuse chez la femme enceinte, provoquant un risque accru d’accouchements prématurés, de petits poids de naissance et d’avortements spontanés.

Les vaginites sans infection et irritatives :

Ces vaginites sont causées la plupart du temps par l’utilisation d’une substance irritante (gel lubrifiant, savon, spermicide, lait…) ou par irritations mécaniques causées par des sous-vêtements trop serrés, des serviettes hygiéniques etc…Les vaginites non infectieuses peuvent être dues à la présence d’une dermatose étendue à la vulve et au vagin comme le psoriasis, le lichen ou un eczéma de…Elles se soignent par des  applications de compresses froides et par l’application d’onguents hydratants.

L’allergie au sperme existe aussi. On peut être allergique au liquide séminal d’un homme sans pour autant avoir de réactions aux autres partenaires.

L’atrophie vaginale :

Chez la femme ménopausée, l’atrophie vaginale  se produit quand  la lubrification et l’élasticitédu vagin ne sont plus contrôlées par les œstrogènes produits majoritairement par les ovaires. Il y a alors sècheresse vaginale et perte du tonus musculaire du vagin. La flore vaginale devient sous-alimentée et ne protège plus des infections. La cavité vaginale se rétrécit et devient plus courte : c’est l’atrophie. Un lubrifiant utilisé régulièrement ou lors des relations sexuelles peut soulager ces symptômes.

Douleurs intimes chez les femmes : autre cas qui peuvent affecter le vagin

Certaines maladies dermatologiques peuvent aussi affecter le vagin et la région génitale. On retrouve le psoriasis, l’eczéma et le lichen scléreux. Des cancers de la région vulvo-vaginale ou la maladie de Bowen (considérée comme une tumeur précancéreuse) sont également possible bien que rares et surviennent chez la femme âgée de plus de 60 ans.

Enfin, les douleurs intimes peuvent avoir des origines psychiques. Une peur des rapports sexuels, le stress, une mauvaise nouvelle ou une expérience traumatisante, peuvent entraîner des douleurs ou des sensations désagréables au niveau vaginal. Les pertes blanches, si elles n’ont pas d’odeur sont normales, mais quand elles commencent à avoir une odeur désagréable, ça devient gênant, et peut être anormal.

Douleurs intimes chez les femmes : une bonne hygiène avant-tout

Pour éviter la plupart des vaginites, une bonne hygiène est nécessaire. Une bonne hygiène ne veut pas dire se laver avec excès mais se laver avec des produits doux. Il ne faut pas se laver en profondeur, seules les parties externes et la vulve doivent être nettoyées. Préférez un savon non décapant, préférez les douches aux bains et n’urinez jamais dans votre bain, dans une piscine ou dans la mer. Une bactérie pourrait se loger dans vos replis intimes et favoriser une infection. 

Enfin si vous utilisez un lubrifiant pour vos ébats sexuels, n’utilisez jamais une huile basique qui n’a pas vocation à cela et qui pourrait vous provoquer des irritations. Si vous pensez être atteinte d’une infection vaginale il est important de consulter un médecin.